Intelligence artificielle en radiologie : un data challenge au #JFR2018, à Paris

Medical-Imaging-skull

L’imagerie médicale est l’un des secteurs de la médecine les plus impliqués dans l’intelligence artificielle. Congrès de radiologie majeur, les Journées Francophones de Radiologie ont lieu du 12 au 15 octobre à Paris. Elles vont mettre cette année les feux des projecteurs sur son utilisation dans cette discipline.

Le Professeur de radiologie Nathalie Lassau est co-directrice de l’IR4M, au centre de lutte contre le cancer Gustave Roussy, près de Paris :

Nous avons lancé cette année le premier forum Intelligence Artificielle pour toute la France durant les JFR. Cette thématique majeure a été lancée, l’an dernier, pendant le grand congrès de radiologie américain. La France devait se mobiliser, non seulement avec les radiologues mais aussi avec tous les acteurs de l’Intelligence Artificielle, c’est à dire les industriels, les chercheurs, les jeunes ingénieurs. Il fallait absolument mettre en route cet écosystème et avoir un instantané de qui travaille, qui est capable de se connecter et d’avancer pour pousser l’intelligence artificielle en radiologie en France. Cette dernière va pouvoir nous apporter tout ce qui est organisation du système de soins (programmation des rendez-vous, organisation des planning, des compte-rendus…) mais aussi le diagnostic qui pourrait être plus rapide et plus précis. Les radiologues sont actuellement submergés par le nombre d’images à analyser : 2000 toutes les 10 minutes pour un scanner. C’est colossal pour un médecin. Tout ce temps et cette pertinence seront redonnés au patient, pour lui donner le bon diagnostic et lui expliquer la prise en charge dont il bénéficiera.  »

IMG_7072

Une première cette année à Paris: un Data Challenge. Entre le 15 septembre et le 15 octobre, des milliers d’IRM, de scanners, d’échographies sont étudiés et analysés par 23 équipes pluridisciplinaires de médecins-chercheurs et ingénieurs.

Nathalie Lassau :

C’est la première fois qu’un événement de cette ampleur dans un délai si court est lancé. Ce data challenge est une façon de montrer concrètement que tous les acteurs sont impliqués ensemble. Je pense que ce sera un succès. »

Les projets de ces équipes seront finalisés ce week-end aux Journées Francophones de radiologie. Celles-ci soumettront leur algorythme a un jury. Verdict le lundi 15 octobre.

Cette rubrique Innovation a été diffusée le mardi 9 octobre dans Good Morning Pharmacies sur Pharma Radio https://www.pharmaradio.fr/

Retrouver 3 minutes pour l’Innovation tous les mardis matin sur @pharmaradio 

.

#CHAM2018 Créer un #Schengen de la santé pour construire l’#Europe de la #santé

La 10ème édition de la Convention on Health Analysis and Management (#CHAM2018) s’est tenue du jeudi 27 au samedi 29 septembre à Chamonix. Son thème : Construire l’Europe de la santé.

IMG_2285

Cinq cents décideurs et experts européens de premier plan participaient à la convention #CHAM2018. Leur objectif : mener un travail de réflexion sur l’Europe de la santé pour faire émerger des pistes d’amélioration.

L’interview du Pr Guy Vallancien, président de CHAM diffusée le 4 octobre sur @pharmaradio https://www.pharmaradio.fr/

Nous avons choisi cette année de prendre comme thème : « Construire l’Europe de la santé » à CHAM, car on s’aperçoit que les nations ne sont pas assez fortes pour pouvoir développer des techniques et des moyens sanitaires suffisants pour parer à la fois aux crises, pour développer la prévention, améliorer les soins, pousser la recherche. Il faut donc se concentrer et le faire à plusieurs. Il ne s’agit pas forcément de le faire avec les 27 pays européens mais au moins, de lancer une sorte de Schengen de la santé où les pays membres, qui le voudraient, s’inscriraient. Ce qui permettrait de travailler ensemble.Tout ceci, dans le but de parer au risque de domination des GAFA américaines et des BATX chinoises qui sont de plus en plus prégnantes. Il faut que l’Europe se réveille et qu’elle s’unisse pour apporter sa recherche en numérique et permettre que les citoyens d’Europe aient un espace de liberté sur le plan sanitaire.

Dans la discussion avec le Premier Ministre Edouard Philippe, concernant la transformation du système de santé français dans sa globalité « Ma santé 2022 », nous sommes tous d’accord pour y aller à condition que la technostructure ne freine pas. Or, nous avons déjà des petits signes qui montrent que des freins apparaissent : un trop de réunions, de formatage, de décrets, d’arrêtés, de circulaires. Les hommes et les femmes qui agissent dans le système sanitaire français ont vraiment envie de se regrouper, de travailler autrement et qu’on les laisse faire, qu’on les laisse inventer localement et leur permettre d’agir au mieux ensemble. La situation n’est pas forcément la même à Lille, à Marseille, ou à Brest

Retrouver la suite des interviewes réalisées à CHAM tous les matin des jeudis d’octobre à 5h45, 6H45, 7H45, 8H45 et 9H45 sur https://www.pharmaradio.fr/