Contrôler le développement des bactéries pour lutter contre la résistance aux antibiotiques

La progression rapide des multi-résistances aux antibiotiques menace notre système de santé. A l’Institut Européen de Chimie et Biologie de Bordeaux, Axel Innis et son équipe explorent la structure des bactéries naissantes pour comprendre un mécanisme méconnu, par lequel de courtes chaînes d’acides aminés, appelées peptides d’arrêt, bloquent leur propre production.

Axel Innis, lauréat du prix Coups d’Elan pour la recherche française de la Fondation Bettencourt Schueller

INNIS-7

 

microphone

De nombreux points communs existent entre les peptides d’arrêt et les antibiotiques.

La maîtrise de ce phénomène naturel pourrait permettre d’appréhender une forme unique de régulation de l’expression génique et, à terme, de concevoir des molécules efficaces contre des souches pathogènes devenues résistantes aux antibiotiques conventionnels. De tels nouveaux traitements viendraient bloquer la synthèse de protéines chez les bactéries et donc, inhiber la croissance de celles qui sont résistantes aux antibiotiques.

C’est pour sa recherche sur la compréhension des nombreux points communs qui existent entre ces peptides d’arrêt et les antibiotiques qu’Axel Innis vient d’être lauréat des Coups d’Elan pour la recherche française de la Fondation Bettencourt Schueller.

Ce prix financera l’acquisition de matériel de calcul, de stockage et de traitement informatique, ainsi que des travaux de rénovation et d’aménagement du laboratoire.