Un nouveau système de prise en charge de l’arrêt cardiaque mis en place à l’hôpital d’Annecy. Reportage.

Une première dans la ventilation cardiaque. Un nouvel appareil spécifiquement adapté à la réanimation cardio pulmonaire a été mis au point par les services d’urgences du Centre Hospitalier Annecy Genevois et Air Liquide Healthcare. Ce ventilateur permet de combiner des compressions thoraciques continues avec une ventilation efficace et un monitoring spécifiquement adapté pour sauver plus de patients et diminuer leurs séquelles. Il vient en complément du massage cardiaque L’enjeu est de taille : chaque année, 50 000 personnes meurent prématurément d’un arrêt cardiaque et le taux de survie dans séquelles ne dépasse pas 5 % (données Assurance Maladie).

photo_labo

Le docteur Jean-Christophe Richard, professeur en réanimation au CH d’Annecy a contribué à la mise au point de ce nouvel appareil de ventilation spécifiquement adapté permettant de couvrir l’ensemble de la prise en charge de l’arrêt cardiaque:

 

« Cette innovation concerne la prise en charge des patients en arrêt cardiaque, le plus souvent à l’extérieur de l’hôpital mais aussi au sein de l’établissement. Aujourd’hui pour réanimer un arrêt cardiaque, on associe le massage cardiaque à une ventilation manuelle effectuée grâce à un système appelé le BAVU. Or ce système, compliqué à utiliser, a des effets adverses qui gênent la circulation et peuvent limiter les chances de survie du patient. Le caractère innovant de notre invention : remplacer ce BAVU par un appareil de réanimation qui permette de combiner en permanence les compressions thoraciques, le massage cardiaque, et la ventilation ».

Dominique Savary, médecin urgentiste, chef du SAMU 74, met en avant les avantages de ce nouveau ventilateur pour la prise en charge du patient en arrêt cardiaque :

« Cet appareil facilite la prise en charge des patients en arrêt cardiaque. Quand arrive cet événement, le médecin est, en effet, très sollicité : il lui faut gérer la famille, connaître les antécédents du patient, l’examiner, essayer de comprendre par les témoins de l’arrêt cardiaque l’événement qui s’est passé. Le médecin doit aussi gérer ses équipes et les sapeurs pompiers qui participent à la prise en charge. Ce nouveau système de réanimation améliore la circulation du patient. Il libère le médecin du BAVU et lui permet effectuer d’autres tâches indispensables à la survie du patient ».

Il explique pourquoi ce nouveau modèle a tout de suite été adopté par les urgentistes d’Annecy et sa région :

 

La mise en point de cette innovation est le fruit de collaborations d’Air Liquide Healthcare avec différents hôpitaux : Annecy, l’hôpital universitaire de Genève, l’Université de Montréal et le St Michael Hospital de Toronto. Après un déploiement en France, le lancement de cet appareil est ainsi prévu pour le début 2007 dans les grands pays européens, au Canada, au Brésil et au Japon.

 

 

Avis favorable de la HAS pour le forfait innovation de l’échothérapie

Un équipement médical innovant dédié à l’échothérapie, l’alternative non-invasive à la chirurgie pour le traitement des adénofibromes du sein, vient de recevoir l’avis favorable de la Haute Autorité de Santé pour obtenir son Forfait Innovation. Il s’agit d’Echopulse ®.

theraclion

Theraclion, qui a mis au point cette technique, est la première société à avoir déposé son dossier de candidature pour le nouveau Forfait Innovation. Celui-ci lui permettra de bénéficier d’une prise en charge précoce et dérogatoire pour l’Echopulse ®.

Cette technique qui permet d’éviter la chirurgie avait été mise en avant dans « 1 minute pour l’innovation » sur Radio Classique en novembre dernier, rubrique nominée dans la catégorie Radio, pour le Prix Media du Dispositif Médical :

Dans le cadre de l’étude menée pour le Forfait Innovation, les patientes pourront bénéficier du traitement par échothérapie dans 12 centres, partenaires de l’étude, en France. La solution d’échothérapie de Theraclion est déjà disponible dans 21 sites répartis sur 10 pays à travers le monde dont deux en France (L’Hôpital Américain de Paris et le Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint-Simon).